maladie


maladie

maladie [ maladi ] n. f.
• 1150; de malade
I
1Altération organique ou fonctionnelle considérée dans son évolution, et comme une entité définissable. (Chez l'homme) Maladie bénigne. indisposition, malaise. Maladie grave, incurable, inguérissable, mortelle. affection, 3. mal, syndrome; -pathie. Il est mort des suites d'une longue maladie. Maladie aiguë, chronique. Maladie générale ( diathèse) , locale. Maladies infantiles. « Elle n'avait eu ni les oreillons, ni la coqueluche, ni la varicelle, aucune des maladies infantiles que ses frères et sœurs avaient faites comme à la chaîne » (Simenon). Maladie de cœur, de foie, de peau. vieilli Maladie vénérienne (par euphém. maladie honteuse, vilaine maladie). Maladie sexuellement transmissible (M. S. T.). Maladies de carence : avitaminoses. Maladie bleue. Maladies mentales (psychoses, névroses). Maladie acquise, congénitale, héréditaire. Maladies génétiques. Maladie orpheline. Maladie essentielle, idiopathique, primitive. Maladie organique, secondaire, symptomatique; maladie contagieuse, endémique, épidémique, sporadique, transmissible. Maladie spécifique. Maladie causée par un agent physique, chimique ( traumatisme; brûlure; intoxication) . Maladie professionnelle, contractée du fait de l'exercice d'une activité rémunérée (ex. la silicose des mineurs). Maladie infectieuse, inflammatoire ( -ite) . Maladie bacillaire, microbienne, parasitaire, virale. Maladie du légionnaire, de la vache folle. Maladie de Parkison, de Crohn, de Creutzfeldt-Jakob. Symptômes, signes cliniques d'une maladie. symptomatologie. Attraper, contracter, couver, faire une maladie. Communiquer, donner, transmettre une maladie. contagion, infection. Personnes exposées à une maladie (cf. Population à risque). Guérison d'une maladie. Relever de maladie. Retour d'une maladie. rechute, récidive. « Je ne savais pas que l'amour c'était une maladie » (R. Vadim, « Et Dieu créa la femme », film). Étude et science des maladies. médecine, pathologie. Diagnostic d'une maladie. Cause d'une maladie. étiologie. Traitement curatif, préventif des maladies. thérapeutique; -thérapie. Prophylaxie des maladies infectieuses. Vacciner contre une maladie. Prise en charge des frais de maladie par la Sécurité sociale. Feuille de maladie. Être en congé de maladie. Assurance-maladie; couverture maladie. Longue maladie : régime accordé au malade nécessitant un arrêt de travail de longue durée.
Maladie diplomatique, se dit d'une indisposition faussement invoquée pour se dérober à une obligation ennuyeuse. — Loc. fam. En faire une maladie : être très contrarié de qqch. Il n'y a pas de quoi en faire une maladie (cf. En faire une jaunisse).
2Absolt, Vieilli La maladie : affection contagieuse virale qui frappe les jeunes chats et les jeunes chiens.
3 (Végétaux) Maladies des plantes. Maladies de la pomme de terre, de la vigne ( phylloxéra) .
4Par ext. (1867) Altération biochimique. Maladie du vin, des pierres.
5 ♦ LA MALADIE : l'état des organismes malades; l'ensemble des troubles pathologiques. « la maladie est une activité, la plus intense qu'un homme puisse déployer, un mouvement frénétique et... stationnaire, la plus riche dépense d'énergie sans geste » (Cioran) . Être miné, rongé par la maladie.
II(XIIIe) Fig.
1Ce qui apporte le trouble (dans les facultés morales, dans le comportement). « C'est une maladie naturelle à l'homme de croire qu'il possède la vérité » (Pascal). « la maladie du siècle présent » (Musset).
2Habitude, comportement anormal, excessif. manie. Avoir la maladie de la propreté, de la persécution.
⊗ CONTR. Santé.

maladie nom féminin (de malade) Altération de la santé, des fonctions des êtres vivants (animaux et végétaux), en particulier quand la cause est connue (par opposition à syndrome). Altération, dégradation de quelque chose : Les maladies du vin. Familier. Comportement excessif, anormal, obsessionnel : La maladie de la vitesse.maladie (citations) nom féminin (de malade) René Char L'Isle-sur-la-Sorgue, Vaucluse, 1907-Paris 1988 Imite le moins possible les hommes dans leur énigmatique maladie de faire des nœuds. Les Matinaux Gallimard Georges Duhamel Paris 1884-Valmondois, Val-d'Oise, 1966 Académie française, 1935 La science est comme une maladie, — une maladie qui progresse en transformant le monde et en le dévorant aussi. Les Maîtres Mercure de France saint François de Sales château de Sales, près de Thorens, Savoie, 1567-Lyon 1622 Les maladies du cœur, aussi bien que celles du corps, viennent à cheval et en poste, mais elles s'en revont à pied et au petit pas. Introduction à la vie dévote Frédéric II le Grand, roi de Prusse Berlin 1712-Potsdam 1786 Une maladie est pour un philosophe une école de physique. Éloge de La Mettrie Julien Offray de La Mettrie Saint-Malo 1709-Berlin 1751 L'esprit a, comme le corps, ses maladies épidémiques et son scorbut. L'Homme machine Oscar Vladislas de Lubicz-Milosz, dit O. V. de L. Milosz Tchereïa, Lituanie, 1877-Fontainebleau 1939 […] Toute maladie est une confession par le corps. Poèmes, Cantique de la connaissance Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière Paris 1622-Paris 1673 Presque tous les hommes meurent de leurs remèdes et non pas de leurs maladies. Le Malade imaginaire, III, 3, Béralde Henry Millon de Montherlant Paris 1895-Paris 1972 Académie française, 1960 La religion est la maladie honteuse de l'humanité. La politique en est le cancer. Carnets Gallimard Jules Romains, pseudonyme littéraire devenu ensuite le nom légal de Louis Farigoule Saint-Julien-Chapteuil, Haute-Loire, 1885-Paris 1972 Académie française, 1946 La santé n'est qu'un mot, qu'il n'y aurait aucun inconvénient à rayer de notre vocabulaire. Pour ma part, je ne connais que des gens plus ou moins atteints de maladies plus ou moins nombreuses à évolution plus ou moins rapide. Knock ou le Triomphe de la médecine, II, 3, Knock Gallimard Miguel de Unamuno y Jugo Bilbao 1864-Salamanque 1936 La conscience est une maladie. La conciencia es una enfermedad. La agonia del cristianismo maladie (expressions) nom féminin (de malade) Assurance maladie, couverture d'un des quatre risques sociaux gérés par la Sécurité sociale et qui permet au salarié du régime général de Sécurité sociale de percevoir en cas d'arrêt de travail des indemnités journalières et de bénéficier ainsi que ses ayants droit (conjoint, concubin, enfant à charge, etc.) du remboursement partiel ou total des frais occasionnés par sa maladie. Caisses d'assurance maladie, caisses primaires et régionales dépendant de la Caisse nationale d'assurance maladie (C.N.A.M.) chargées de la gestion des assurances sociales maladie, maternité, invalidité, décès, accidents du travail et maladies professionnelles. Familier. En faire (toute) une maladie, être vivement contrarié et le manifester avec force démonstration. Maladie sexuellement transmissible, maladie infectieuse qui peut être contractée ou transmise lors des rapports sexuels. ● maladie (synonymes) nom féminin (de malade) Altération de la santé, des fonctions des êtres vivants (animaux...
Synonymes :
Familier. Comportement excessif, anormal, obsessionnel
Synonymes :
- marotte (familier)

maladie
n. f.
d1./d Altération de la santé. Maladie chronique, mortelle. Maladie mentale. Maladie professionnelle.
Par exag., Fam. Il en fera une maladie: cela le contrariera extrêmement.
|| La maladie des jeunes chiens ou, absol., la maladie: la maladie de Carré.
d2./d (Végétaux) Les maladies des plantes.
d3./d Altération chimique ou biochimique. Maladie de la pierre.
d4./d Fig. Manie. Avoir la maladie du rangement.

⇒MALADIE, subst. fém.
A. — 1. [Chez l'homme] Altération de l'état de santé se manifestant par un ensemble de signes et de symptômes perceptibles directement ou non, correspondant à des troubles généraux ou localisés, fonctionnels ou lésionnels, dus à des causes internes ou externes et comportant une évolution. Synon. affection, entité morbide, syndrome, mal. Les maladies prenaient volontiers pour séjour sa chétive personne et s'y succédaient sans intervalle, fièvre scarlatine, fièvre muqueuse, fièvre typhoïde, rougeole, coqueluche (A. FRANCE, Pt Pierre, 1918, p. 258). Beaucoup de maladies sont en train d'esquisser un mouvement tournant. (...) elles se dérobent à l'agent de la guérison en revêtant des formes nouvelles plus résistantes, plus difficiles à dépister (J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p. 308). [Le mot] de maladie (...) n'évoque que l'image précise et simple d'une épreuve naturelle dont le temps vient toujours à bout, d'une manière ou d'une autre, par la mort, la guérison, l'oubli (BERNANOS, M. Ouine, 1943, p. 1438):
1. Il est très difficile, sinon impossible, de poser les limites entre la santé et la maladie, entre l'état normal et l'état anormal. D'ailleurs, les mots santé et maladie sont très arbitraires. Tout ce qui est compatible avec la vie est la santé; tout ce qui est incompatible avec la durée de la vie et fait souffrir est maladie [it. ds le texte]. (La définition de la maladie a épuisé les définisseurs).
Cl. BERNARD, Princ. méd. exp., 1878, p. 270.
Maladie + adj. (postposé ou antéposé)
♦[L'adj. indique le degré de gravité de la maladie, la façon dont elle est ressentie par le malade] Teissier n'est plus jeune, vous le savez; le voilà d'un âge aujourd'hui où la plus petite maladie peut devenir mortelle (BECQUE, Corbeaux, 1882, III, 6, p. 183). Il était en train de faire, comme disent les médecins, une longue et dangereuse maladie (DUHAMEL, Suzanne, 1941, p. 180).
SYNT. Maladie bénigne, grave, curable, incurable, guérissable, inguérissable, légère, mauvaise, passagère, rebelle, redoutable, terrible; affreuse, atroce, cruelle, pénible maladie; une bonne maladie.
♦[L'adj. indique la nature, le type, l'origine de la maladie, la façon dont elle se manifeste, se propage, évolue] M. Greffulhe (...) fut sujet aux inconvénients de l'extrême obésité, et, à peine âgé de quarante ans, mourut des suites d'une maladie suffocatoire à laquelle il était devenu sujet (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p. 229). On entend par maladie du sérum, ou mieux maladie sérique, un ensemble d'accidents survenant chez certains sujets après les injections de sérums thérapeutiques (COURMONT ds Nouv. Traité Méd. fasc. 7 1924, p. 138):
2. ... la bactériologie (...) se flattait de venir à bout de toutes les maladies infectieuses par un processus d'attaque régulier et, pour ainsi dire, linéaire.
J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p. 308.
SYNT. Maladie aiguë, chronique; maladie générale, locale; maladie caractérisée; maladie insidieuse, larvée, latente; maladie contagieuse, transmissible, épidémique, endémique, périodique, sporadique, intercurrente; maladie acquise, constitutionnelle, congénitale, héréditaire; maladie bacillaire, microbienne, parasitaire, virale, virulente, médicamenteuse; maladie inflammatoire, éruptive; maladie allergique, angineuse, arthrosique, cancéreuse, diabétique, hypocondriaque, rhumatismale; maladie bleue, bronzée.
Maladie noire (vieilli). État pathologique caractérisé par un état de profonde tristesse. Beaucoup étaient partis, la presqu'île se vidait, et ceux qu'on laissait là tombaient à une maladie noire. Depuis huit grands jours, la démence germait et montait dans cet enfer (ZOLA, Débâcle, 1892, p. 463). Ses parents n'ignoraient pas qu'elle avait gravement souffert d'une «maladie noire». La «maladie noire» est, pour ces bonnes gens, inguérissable, et ceux qui en sont atteints se trouvent décidément classés dans la catégorie des pauvres diables qui, selon l'amer et touchant dicton, «n'ont pas tout» (BERNANOS, Soleil Satan, 1926, p. 195).
Maladie pestilentielle (vieilli). ,,Chacune des cinq maladies infectieuses (choléra, peste, variole, fièvre jaune, typhus) qui ont occasionné de graves épidémies dans le passé et qui ont fait et font encore l'objet de mesures quarantenaires précises`` (Méd. Biol. t. 2 1970).
Maladie professionnelle. Maladie engendrée par l'exercice d'une profession. La maladie professionnelle exige un contact plus ou moins long avec un produit toxique, avec des poussières, avec des agents physiques. Elle survient donc chez un ouvrier exposé à un risque déterminé pendant un temps plus ou moins long (Pages documentaires, oct.-nov. 1956, p. 3).
Maladie vénérienne ou fam. maladie honteuse, mauvaise maladie. Maladie qui se transmet par les rapports sexuels. Un épouvantable petit souteneur de 17 ans au plus, naguère traité à la chirurgie (...), depuis en médecine pour une maladie vénérienne des mieux caractérisée (VERLAINE, Souv. et fantais., 1896, p. 196). — Je te dis que tu fais attention à cette fille (...). — En voilà une idée!... voyons, mignonne... une roulure pareille... une sale fille qui a peut-être de mauvaises maladies (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p. 109).
Maladie imaginaire. Maladie qui n'existe que dans l'imagination de la personne. Cette robe de chambre où il drapait, parfois toute la journée, sa maladie imaginaire (BOURGET, Disciple, 1889, p. 141).
Maladie diplomatique. V. ce mot C.
♦[L'adj. indique le mode de traitement] Maladie médicale. Les luxations, les fractures, les hernies, et les maladies chirurgicales en général, sont-elles très-communes chez les hommes qui vivent dans l'état de nature? (Voy. La Pérouse, t. 1, 1797, p. 195).
♦[L'adj. indique l'organe, la fonction touché(e)] M. Alexandre déclarait son intention de régler tout devant la justice, et même d'attaquer le legs s'il le pouvait (...)! Bouvard en eut une maladie bilieuse (FLAUB., Bouvard, t. 1, 1880, p. 13). — De quoi est-il mort? — D'une maladie pulmonaire (BILLY, Introïbo, 1939, p. 247).
SYNT. Maladie organique, cardiaque, cardio-vasculaire, coronarienne, hépatique, métabolique, musculaire, oculaire, osseuse, rénale, sanguine.
Maladie mentale (nerveuse, psychique). Psychose, névrose, trouble du comportement. Les maladies mentales sont rares chez les enfants (...). Les médecins les classent en trois catégories : a) Maladies mentales organiques. — citons:l'épilepsie (...). b) Névroses et psychonévroses. (...) signalons les obsessions, (...) l'hystérie, (...) l'anorexie mentale (...). c) Psychoses. — La psychose de l'enfant est extrêmement rare (Encyclop. éduc., 1960, p. 200):
3. ... le soir même, une maladie nerveuse, qui depuis longtemps, minait sourdement la frêle enfant, se déclara. Elle déconcerta les médecins et aucun remède n'y put prendre. C'étaient des dégoûts, des accablements, avec une fièvre irrégulière, puis des crises de convulsions, des rages de douleur...
BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 59.
♦[L'adj. indique la pers., la catégorie de pers. atteinte et p. méton. une période de l'existence] Maladie infantile, juvénile; spécialiste des maladies infantiles (v. infra maladie d'enfant, d'enfance).
Au fig. Cette rage d'expériences monumentales dont on ne connaît pas la note à payer, ni les résultats exacts, devient une véritable «maladie infantile» de la construction officielle (Le Figaro, 19-20 janv. 1962, p. 10, col. 5). Est-il possible de faire mieux en Afrique avec les cadres disponibles? Celle-ci vit «les maladies infantiles de l'indépendance» qui apparaissent inévitables (DUMONT ds GILB. 1971).
Maladie + subst.
♦[Le subst. désigne l'agent, la cause de la maladie] Maladie du brai, du plomb, des laxatifs; maladie des vibrations; maladie du Foehn; maladie à virus. Les arthroses coxo-fémorales et scapulo-humérales de la maladie des caissons semblent liées à des embolies gazeuses au niveau des artères nourricières des épiphyses (RAVAULT, VIGNON, Rhumatol., 1956, p. 23). À cette famine quantitative s'ajoute une insuffisance qualitative, une grande part des pays sous-alimentés manquant par exemple de protéines, de sels minéraux et de vitamines. Ces insuffisances provoquent des maladies de carence, comme le scorbut, le béri-béri, le rachitisme (LESOURD, GÉRARD, Hist. écon., 1966, p. 503).
♦[Le subst. désigne une caractéristique, un symptôme] Maladie de langueur; maladie des spasmes infantiles. Elle ressemblait à ces jeunes filles qui ont la maladie des pâles couleurs: il semblait par moments que ces deux lèvres violettes allaient s'ouvrir (BALZAC, Illus. perdues, 1839, p. 534). Depuis Berberati, plus de tsé-tsé, plus de maladie du sommeil (GIDE, Voy. Congo, 1927, p. 772). Ils [les bilieux] sont prédisposés aux maladies d'usure ostéomusculaire (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 181).
Pop. Maladie de neuf mois. Grossesse. Elle allait avec sa bonne dans la rue Rumfort chercher un médecin. (...) un des citoyens [d'une patrouille] reprit: — «Est-ce pour une maladie de neuf mois, ma petite chatte?» (FLAUB., Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 192).
♦[Le subst. désigne l'organe, la fonction touché(e)] Maladie de (la) peau, des bronches, du cervelet, des glandes (endocrines, surrénales), des yeux; maladie des nerfs, du psychisme; maladie de la mémoire, de la personnalité, de la volonté. Le jeune de Mortsauf (...) est au dernier degré de la maladie de poitrine (BALZAC, Mém. jeunes mar., 1842, p. 300). L'eau de Saint-Firmin (...) fut (...) reconnue par plusieurs membres de la Faculté de Médecine très efficace contre les maladies de l'estomac, du foie et des reins (A. FRANCE, Pt Pierre, 1918, p. 152). Il prétendait (...) que migraine ou colique, maladie de coeur ou diabète, c'est une maladie du nez mal comprise (PROUST, Guermantes 2, 1921, p. 324).
Arg. Maladie du pouce. Avarice ou paresse. (Ds FRANCE 1907).
♦[Le subst. désigne la pers., la catégorie de pers. atteinte et p. méton. une période de la vie] Maladie de (la) femme; maladie d'enfant, d'enfance, du premier âge (v. supra maladie infantile); maladie des ardoisiers, des bouchers, des fondeurs, des porchers. Ce Morhange, qui a été un enfant, qui, comme tous les autres, a coûté tant de peines à sa mère, lors de ses maladies de bébé (BENOIT, Atlant., 1919, p. 272):
4. Il avait étudié les maladies des mineurs, il les faisait défiler toutes, avec des détails effrayants: l'anémie, les scrofules, la bronchite noire, l'asthme qui étouffe, les rhumatismes qui paralysent.
ZOLA, Germinal, 1885, p. 1383.
Au fig. Être utile, à qui? À quoi? Tout finalisme n'est qu'une maladie d'enfance de notre cerveau qui ne s'est pas encore solidifié (MAETERL., Ombre des ailes, 1936, p. 135). L'Enfant du Siècle a plus ou moins symbolisé le jeune homme malade de corps et d'âme, malade du mal du siècle (...). Or ce ne fut là qu'une mode passagère, une maladie de croissance de la poésie (THIBAUDET, Hist. litt. fr., 1936, p. 105).
Maladie de + nom du médecin qui a décrit le premier la maladie et servant à la caractériser. Maladie de Hodgkin, de Paget, de Parkinson. La maladie d'Addison est une affection caractérisée par de la mélanodermie, des troubles gastro-intestinaux, des douleurs et de l'asthénie (JOSUÉ, GODLEWSKI ds Nouv. Traité Méd. fasc. 8 1925, p. 351). Dans tous les pays, on appelle aujourd'hui la diphtérie «maladie de Bretonneau» (AVIRAGNET, WEILL-HALLÉ, MARIE, ds Nouv. Traité Méd. fasc. 2 1928, p.628).
Subst. + maladie. Sa femme (...) se connaissait aux symptômes de la maladie et savait en prévoir les accès (BALZAC, Lys, 1836, p. 78). Veyne nous dit que Gavarni est très frappé de son état de maladie. Il l'a fait voir à un médecin de ses amis (...) il craint certains désordres pulmonaires (GONCOURT, Journal, 1864, p. 39). Vite, Rose, le moins de contact physique possible d'enfant à enfant. Je vous ai donné les instructions relatives à la lutte contre les maladies contagieuses (FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p. 18):
5. ... suivant l'espèce d'élément organique qui sera atteint, nous aurons une dislocation de l'organisme caractéristique et c'est de là que nous devrons tirer les caractères de la maladie.
Cl. BERNARD, Princ. méd. exp., 1878, p. 290.
Feuille de maladie. Formulaire attestant de la nature et du paiement des soins donnés, et destiné au remboursement de ces soins à l'assuré social. Synon. feuille de soins. Faire porter sur votre feuille de maladie, par le laboratoire, l'analyse effectuée ainsi que le nom du médecin demandeur (Formulaire F041 «28 Questions» de la Caisse primaire d'assurance maladie de Nancy, 1973, p. 4).
SYNT. Origine, cause(s), cheminement, cours, développement, durée, évolution, phases, stades d'une maladie; aggravation, complication(s), déclin, guérison, progrès, rémission, recul, recrudescence d'une maladie; marques, prodromes, signes, crises, douleurs, effets, suites d'une maladie; atteintes, invasion, ravages, contagion, propagation, transmissibilité d'une maladie; prophylaxie, traitement des maladies; agent, ferment de la maladie; prédisposition, réceptivité, résistance, vulnérabilité aux maladies; genre, nature de la maladie; noms des maladies; classification des maladies; assurance (contre la) maladie; congé de maladie.
Maladie + verbe
♦[Maladie est suj.] Une maladie mortelle avait lentement affaibli son corps et son esprit (BALZAC, Gobseck, 1830, p. 429). Elle se figura que sa maladie s'était aggravée, qu'on le lui cachait, qu'elle était en danger de mort (CHÂTEAUBRIANT, Lourdines, 1911, p. 131). Bien soignée la maladie suivit son cours normal; c'est-à-dire que j'allais être bientôt remis sur pied (GIDE, Si le grain, 1924, p. 424):
6. Une dangereuse maladie s'était déclarée en ville, non seulement à cause de la famine, mais encore et surtout parce qu'on avait repêché dans le Rhin des chevaux morts, pour les manger. Ceux que la maladie attaquait n'en revenaient pas...
ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 123.
SYNT. La maladie augmente, se développe, évolue, empire, persiste, progresse, dure, guérit; la maladie abat, amaigrit, consume, épuise, mine, emporte, atteint, frappe, envahit, terrasse (qqn).
♦[Maladie est compl.] Vous voulez me faire adorer et aimer un Dieu qui a inventé la peste et la gale? (...) qui me fait naître pour attraper des maladies et le reste? (DELÉCLUZE, Journal, 1828, p.420). Eugénie viendra s'habiller là. Cette pauvre fille pourrait gagner une maladie à faire sa toilette chez elle par un temps pareil (BALZAC, E. Grandet, 1834, p. 189):
7. Elle a dû se pendre après un câble, dans le vide, au-dessus de l'eau, pendant une grosse heure. Elle en a fait une vraie maladie. Ils ont pensé qu'elle passerait.
GUÈVREMONT, Survenant, 1945, p. 282.
SYNT. Avoir, contracter, couver, commencer une maladie; échapper à la maladie; guérir, réchapper, relever d'une maladie; retomber dans une maladie; souffrir, mourir d'une maladie; donner, engendrer, occasionner, inoculer une maladie; enrayer, guérir, juguler, prévenir, soigner, traiter, vaincre une maladie; immuniser, lutter contre une maladie; diagnostiquer une maladie.
Au fig., fam. En faire une maladie. Être très contrarié par quelque chose. Dans les répétitions, je n'indique pas un seul de mes effets. Je garde tout pour le public (...). Ah! mon chéri, Fagette en fera une maladie (A. FRANCE, Hist. comique, 1903, p. 260). Ne pas en faire une maladie. Ne pas en être particulièrement affecté. Oh! vous savez, dit Henri en souriant, s'il faut finir par accepter les capitaux de Trarieux, je n'en ferai pas une maladie. Ce n'est pas trop cher payer la réussite du S.R.L. (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 218).
Vieilli. (Être) en maladie. (Être) malade. Je ne ferai jamais, pas même en vacances, pas même en maladie, la moindre lecture par curiosité (DUPANLOUP, Journal, 1876, p. 63).
Emploi abs. avec art. déf. [Pour désigner une maladie particulière qu'on ne précise pas ou un ensemble de maladies] Ce seront des masses humaines qui fermenteront dans la maladie, dans la détresse (JAURÈS, Eur. incert., 1914, p. 428).
2. [Chez d'autres espèces vivantes]
a) [Chez les animaux] Maladie du chien, du chat; maladie enzootique, épizootique; maladie de Carré; les lapins ont la maladie. Les maladies charbonneuses, ou sang de rate, s'inoculent avec facilité chez les lapins (Cl. BERNARD, Princ. méd. exp., 1878, p. 249). Une volaille déplumée par la maladie (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 85):
8. On désigne sous le nom de maladie des chiens une affection contagieuse, inoculable, exprimée à la fois par une éruption cutanée et par des accidents inflammatoires portant sur les muqueuses et sur divers parenchymes. La maladie affecte principalement les animaux jeunes et elle reçoit encore le nom de maladie du jeune âge. Chez le chat, on rencontre une infection cliniquement semblable maladie des chats...
NOCARD, LECLAINCHE, Mal. microb. animaux, 1896, p. 412.
b) [Chez les végétaux] Maladie du blé, de la pomme de terre, des ormes; maladie de l'encre; cet arbre a la maladie. Cette espèce vit sur le Platane et sur la Vigne, où elle occasionne la «maladie rouge» (BRUMPT, Parasitol., 1910, p. 509). Le criticisme est, à notre avis, une maladie de la philosophie comme le phylloxéra est une maladie de la vigne (L. DAUDET, Stup. XIXe s., 1922, p. 155).
3. [En parlant de choses]
a) Altération (de produits animaux ou végétaux). Pour assurer la conservation du vin qui, en vieillissant, est exposé à des maladies dues à l'action des ferments, M. Pasteur recommande de chauffer ce liquide au bain-marie et à l'abri de l'air (SER, Phys. industr., 1890, pp. 521-522). Il est des laits filants, d'une viscosité accusée, et des laits amers, d'une amertume de bière. Toutes altérations qui sont des maladies dues à la présence de microbes (PESQUIDOUX, Livre raison, 1928, p. 218).
b) Défaut ou détérioration (de quelque chose). On ne peut prévoir les maladies du fer; tout à coup la barre de fer la mieux forgée casse net (STENDHAL, Mém. touriste, t. 1, 1838, p. 29). Le chauffage prolongé nécessaire pour la nitruration n'entraînait pas pour ces aciers la fragilité spéciale connue sous le nom de maladie de Krupp (J. phys. et Radium, 1928, p. 290). Le développement industriel et toutes les pollutions qu'il engendre (...) ont donné au problème de la maladie des pierres une dimension nouvelle (Encyclop. univ. t. 17 1973, p. 506).
B.Au fig.
1. [Le phénomène concerne l'individu]
a) Ce qu'il y a d'anormal chez quelqu'un ou qui paraît tel, ce qui perturbe son comportement, ses facultés morales. Ma mère était toujours jalouse, et surtout, comme il arrive dans cette maladie, des personnes qu'elle ne connaissait pas (SAND, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 229). La gloire est une espèce de maladie que l'on prend pour avoir couché avec sa pensée (VALÉRY, Tel quel I, 1941, p. 34). Affreuse stérilité d'une vie d'homme de lettres qui n'est qu'homme de lettres!... Son état d'écrivain est une maladie sans remède et qui l'oblige à sacrifier sa vie au souvenir (MAURIAC, Écrits intimes, Du côté de chez Proust, 1947, p. 65):
9. Le génie est une horrible maladie. Tout écrivain porte en son coeur un monstre qui, semblable au taenia dans l'estomac, y dévore les sentiments à mesure qu'ils y éclosent. Qui triomphera? La maladie de l'homme, ou l'homme de la maladie?
BALZAC, Illus. perdues, 1839, p. 530.
Maladie + déterm.
♦[Le déterm. est un adj. de relation] C'est le péché qui gâte, ternit, empoisonne tout (...). Le péché est la grande maladie humaine (AMIEL, Journal, 1866, p. 187). Hoederer: La jeunesse, je ne sais pas ce que c'est: je suis passé directement de l'enfance à l'âge d'homme. Hugo: Oui. C'est une maladie bourgeoise. (Il rit). Il y en a beaucoup qui en meurent (SARTRE, Mains sales, 1948, 4e tabl., 3, p. 142).
♦[Le déterm. est un subst. désignant une pers., un attribut, une faculté de la pers.] Maladie de l'âme. La mélancolie, en effet, c'est déjà la maladie de la sensibilité (SAINTE-BEUVE, Virgile, 1857, p. 100). Ah, la timidité, quelle curieuse maladie des honnêtes gens! (...) quelle perte de valeur! (LA VARENDE, Dern. fête, 1953, p. 66). Cette maladie des octogénaires, l'avarice, effet de l'impotence et de la peur de mourir (SARTRE, Mots, 1964, p. 32).
♦[Le déterm. est un subst. désignant la nature du mal] Une fois que la maladie de l'incroyance s'est attaquée à un coeur tourmenté, chaque détail nouveau lui sert d'aliment (BOURGET, Crime am., 1886, p. 189). Ceux qui voyagent sans repos, ceux qui errent solitaires (...) ceux-là connaissent la périodicité, le retour normal des crises de misère morale, la maladie de l'isolement (COLETTE, Music-hall, 1913, p. 99).
Maladie de la vie. Dégoût de vivre. Tous ces jours-ci, de l'ennui, du gris dans l'âme, un dégoût des choses et des gens, une maladie de la vie, un découragement de la volonté et des idées (GONCOURT, Journal, 1864, p. 98).
La maladie du pays. Synon. plus cour. mal du pays (v. mal3 I B). Un conscrit (...) demande si après quatre ans de service l'on a jamais vu survivre un conscrit. Ces idées, semées avec soin, font tomber quelques jeunes soldats dans la maladie du pays ou nostalgie (STENDHAL, Mém. touriste, t. 2, 1838, p. 479).
b) Manie, obsession, goût immodéré (pour quelque chose). La maison de campagne est une maladie particulière à l'habitant de Paris. Cette maladie a sa durée et sa guérison (BALZAC, Ptes mis., 1846, p. 72). Surtout, ne prends pas la maladie des Parisiens qui ont la rage de faire un tour tous les jours (FLAUB., Corresp., 1862, p. 7). Diaghilev était possédé par le démon inquiet de la nouveauté, et cette maladie était contagieuse (LIFAR, Danse, 1938, p. 196).
Maladie de + subst. indiquant la nature de la manie. La maladie du soupçon, du scrupule, de la contradiction, du changement, du jeu, de la persécution, de la propreté. Sa femme, atteinte d'une maladie chronique de nettoyage (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, En fam., 1881, p. 342). Mais les R... sont atteints de la maladie de la réception, et ils ont tant dépensé que, s'ils liquidaient, ils se trouveraient réduits d'une fière moitié (BOURGET, Physiol. am. mod., 1890, p. 90). La princesse a vraiment la maladie de la juiverie! À dîner, ce soir, il y avait autour de la table un ménage Ephrussi, Charles Ephrussi et cet affreux Reinach (GONCOURT, Journal, 1894, p. 513).
2. [Le phénomène concerne la société] Ce qui est préjudiciable à l'équilibre, à l'harmonie, au bon état moral de la société ou d'une partie de celle-ci. Synon. plaie, peste. L'absence de toute religion est une situation monstrueuse et un état de maladie mortelle (SAND, Hist. vie, t.2, 1855, p.5). L'or aussi provoque le mensonge, l'injustice, l'envie, la haine, toutes les grandes maladies sociales (L. DAUDET, Morticoles, 1894, p.323). Il y aura bientôt cent ans qu'un académicien classique proclamait que le romantisme n'est pas une doctrine, pas un art, mais une maladie (THIBAUDET, Réflex. crit., 1936, p.124):
10. Il n'est pas douteux que la France soit un pays beaucoup moins raciste que tous ceux qu'il m'a été donné de voir. C'est pour cela qu'il est impossible d'accepter sans révolte les signes qui apparaissent, çà et là, de cette maladie stupide et criminelle.
CAMUS, Actuelles I, 1947, p. 125.
Maladie de + subst. indiquant une période. Les vanités se sont exaltées jusqu'au délire: l'orgueil est la maladie du temps: on ne rougit plus de se reconnaître et d'avouer tous les dons que nous a prodigués la libérale nature (CHATEAUBR., Litt. angl., t. 2, 1836, p. 204).
La maladie du siècle. Synon. plus cour. mal du siècle (v. mal3 I B). Ce mal [de l'homme du romantisme] a été nommé la maladie du siècle; il y a quarante ans qu'elle était dans toute sa force, et sous la froideur apparente ou l'impassibilité morne de l'esprit positif, elle subsiste encore aujourd'hui (TAINE, Philos. art, t. 1, 1865, p. 97).
Maladie de + subst. désignant une institution, une valeur particulière. La maladie de la religion, c'est de se charger sans cesse (...) de scories qui la dévorent (RENAN, Drames philos., Prêtre Némi, 1885, p. 590). Brunetière voyait dans le burlesque et le précieux des maladies toujours menaçantes de la littérature française (THIBAUDET, Hist. litt. fr., 1936, p. 500):
11. Toute la vie moderne constitue (...) une véritable maladie de la culture, puisqu'elle soumet cette richesse, (...) ce capital qui doit se former par assises progressives dans les esprits, à l'agitation générale du monde (...). À ce point d'activité, les échanges trop rapides sont fièvre, la vie devient dévoration de la vie.
VALÉRY, Regards sur monde act., 1931, p. 241.
Dans le domaine pol., écon. Ce qui désorganise, affaiblit. On peut dire que la multiplicité des lois est la maladie des États représentatifs (...) tandis que l'absence des lois est la maladie des monarchies sans limites (CONSTANT, Princ. pol., 1815, p. 31). Chacun de ses États, outre le travail commun des esprits, est tourmenté de quelque maladie locale (CHATEAUBR., Mém., t. 3, 1848, p. 525). Des économies ne se conçoivent pas dans une entreprise bien conduite où tout est calculé exactement. Je demandais à Frank d'introduire la maladie dans un organisme qu'il avait su protéger jusqu'ici par de bonnes méthodes (CHARDONNE, Claire, 1931, p. 141).
3. Rare. [Le phénomène concerne une chose] La maladie de leur mariage n'était pas malgré tout arrivée à la période aiguë (HUYSMANS, En mén., 1881, p. 77). La dégénérescence de la rime française vient de sa fixation, de ce que toutes les rimes sont connues ou passent pour être connues (...). Certains poètes, au début du vingtième siècle, ont reconnu avec plus ou moins de netteté cette maladie de la rime (ARAGON, Crève-coeur, 1941, p. 73).
4. [Pour parler d'une pers. qui se conduit mal, qui a une mauvaise influence] Une mère nerveuse, toujours en état d'agitation et de surexcitation, est une véritable maladie pour ses enfants (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 102).
Pop. Nous les rouler quand ce chéri est là [à la course cycliste des Six Jours] à tourner sur du bois; il me semble que je serais une maladie, un fond de lévrier, de la boue, si je pensais à autre chose qu'à lui pendant ces 6 jours et ces 6 nuits (MORAND, Ouv. la nuit, 1922, p. 165).
5. Fam., emploi interjectif. [Pour exprimer la désapprobation] Tout cela n'empêchait pas que, le samedi suivant, Arthur mangeait sa paye, battait sa femme (...). Et c'est cette race-là qui voudrait gouverner le monde! (...). Ah! maladie! comme disaient mes voisins du passage (A. DAUDET, Contes lundi, 1873, p. 227). Pauline: (...) Ah! ouiche! en fait d'études, il n'y a guère que celles d'après moi, sans chemise; j'en retrouve quelquefois sur les quais, du côté des Beaux-Arts, signées des rapins de ce temps-là (...). Ça n'a même pas un cadre et ça vaut quarante sous! maladie! (LAVEDAN, Vx marcheur, 1895, p. 79).
REM. Maladier, verbe intrans., vx et région. Être malade. Ce pauvre Lenoir a une névralgie, provoquée par le froid aux pieds que les prés mouillés nous ont donné hier matin. Il est dur de maladier à la montagne (AMIEL, Journal, 1866, p. 391).
Prononc. et Orth.:[maladi]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1225-30 «altération de la santé chez les hommes» ici fig. «tout ce qui trouble l'âme ou l'esprit» (GUILLAUME DE LORRIS, Rose, éd. F. Lecoy, 2873); 2. a) 1538 «altération de la santé chez les animaux» (EST., s.v. lues); b) 1563 «id. chez les plantes» (PALISSY, Récepte, 42 ds IGLF); 3. 1652 «ce qui apporte des troubles dans les États, les sociétés» les maladies qui travaillent les États (BALZ., Socrate chrétien. Disc. 8e ds LITTRÉ); 4. 1676 «manie» la maladie des médecins (MOLIÈRE, Malade Imaginaire, III, 4). Dér. de malade; suff. -ie. Fréq. abs. littér.:6631. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 10016, b) 11494; XXe s.: a) 7746, b) 8836. Bbg. GOHIN 1903, p. 337. — PAULI 1921, p. 48. — QUEM. DDL t. 8, 15, 20.

maladie [maladi] n. f.
ÉTYM. 1150; de malade.
———
I Altération organique ou fonctionnelle considérée dans son évolution, et comme une entité définissable.
1 (…) il est conforme à nos habitudes d'esprit de considérer comme anormal ce qui est relativement rare et exceptionnel, la maladie par exemple. Mais la maladie est aussi normale que la santé, laquelle, envisagée d'un certain point de vue, apparaît comme un effort constant pour prévenir la maladie ou l'écarter.
H. Bergson, les Deux Sources de la morale et de la religion, I, p. 26-27.
2 La maladie, c'est ce qui gêne les hommes dans l'exercice normal de leur vie et dans leurs occupations et surtout ce qui les fait souffrir (…) La notion s'impose que la maladie de l'homme malade n'est pas la maladie anatomique du médecin (…) Sous les mêmes dehors anatomiques on est malade et on ne l'est pas (…) La maladie ne nous apparaît plus comme un parasite vivant sur l'homme et vivant de l'homme qu'elle épuise. Nous y voyons la conséquence d'une déviation, initialement minime, de l'ordre physiologique. Elle est, en somme, un ordre physiologique nouveau, auquel la thérapeutique doit avoir pour but d'adapter l'homme malade.
R. Leriche, in Encycl. française (de Monzie), t. VI.
1 (Chez l'homme). Affection, 3. mal, syndrome; -pathie. || Maladie bénigne ( Incommodité, vx), curable, grave (1. Grave, cit. 24), incurable (cit. 2 et 3), inguérissable, mortelle. || Maladie aiguë, chronique (2. Chronique, cit. 1). || Maladie générale ( Diathèse), locale. || Maladie ambulatoire. || Maladies incompatibles, intercurrentes. || Maladie acquise, adventice, allergique, congénitale, héréditaire. || Maladie essentielle, idiopathique, primitive. || Maladie organique, secondaire, symptomatique; contagieuse (cit. 1 et 2), endémique, épidémique (cit. 1; Épidémie, vx pestilence), récidivante, sporadique, transmissible. || Maladie spécifique. || Maladie causée par un agent mécanique ( Traumatisme), physique ( Brûlure, gelure, insolation), chimique ( Intoxication; absinthisme, alcoolisme, botulisme, caféisme, ergotisme). || Maladies professionnelles (→ ci-dessous). || Maladie infectieuse, inflammatoire ( suff. -ite). || Maladie bacillaire, microbienne, parasitaire, virale (ou à virus). || Eau souillée qui contient des germes de maladie. Morbifique, pathogène; microbe.
(1877). || Maladie infantile.Maladie de cœur, de foie, de peau. || Maladies de carence : avitaminoses. || Maladie bronzée.(1837). || Maladie bleue (cit. 7.4) : tétrade de Fallot.Maladies mentales (psychoses, névroses graves).Prodromes, symptômes, syndromes, signes cliniques d'une maladie. Séméiologie, symptomatologie. || Incubation, invasion d'une maladie. || Attraper (cit. 26), contracter, couver, faire (cit. 122, 123) une maladie. || Réceptivité, résistance aux maladies. || Sujets réfractaires à une maladie. || Communiquer, donner une maladie. Contagion, infection. || Maladie qui s'attrape (cit. 26), qui sévit. || Se croire frappé, atteint d'une maladie (→ Autosuggestion, cit. 2). || Simuler une maladie.Maladie qui débute par un accès (cit. 9) de fièvre ( Attaque, atteinte), qui se déclare, suit son cours. || Foyer, siège d'une maladie ( Métastase). || Durée, développement, évolution, marche, périodes, phases ( Crise), stades d'une maladie. || L'acmé d'une maladie.Aggravation, exacerbation, exaspération, progrès, paroxysme, recrudescence d'une maladie. || Accidents, complications qui surviennent au cours d'une maladie. || Douleurs, malaises, troubles qui accompagnent les maladies : algidité, anorexie, céphalée, colique, constipation, délire, diarrhée, dyspnée, extase, fièvre, flux, incontinence, insomnie, pyorrhée, rétention; abcès, adénome, anthrax, bouton, bubon, calcul, chancre, condylome, desquamation, éruption, fibrome, fistule, hernie, irritation, lésion, pustule, tache, tumeur. || Maladie qui condamne à l'immobilité (cit. 4). || Aphonie, enrouement causés par une maladie de la gorge.Être emporté, enlevé par une maladie qui ne pardonne pas. || Au huitième jour de la maladie, il entra en agonie.Déclin, décours, rémission, intermittences, rémittences, guérison (cit. 3) d'une maladie. || Maladie qui guérit (cit. 37). || Guérir (cit. 32), réchapper, relever d'une maladie. Analepsie, convalescence (→ S'en tirer; revenir de loin). || Stigmates, suites d'une maladie. Reliquat, séquelle. || Infirmité résultant d'une maladie. || Affaiblissement, affaissement, amaigrissement consécutif à une maladie ( Adynamie, asthénie, cachexie, consomption, étisie). || Être affaibli (cit. 3), aigri (cit. 16), épuisé (cit. 20) par la maladie. || Joues creusées par la maladie.Retour d'une maladie. Rechute, récidive. || Bénéfice psychologique d'une maladie.
3 Je suis aux prises avec la pire de toutes les maladies, la plus soudaine, la plus douloureuse, la plus mortelle et la plus irrémédiable (…)
Montaigne, Essais, II, XXXVII.
4 La nature, d'elle-même, quand nous la laissons faire, se tire doucement du désordre où elle est tombée. C'est notre inquiétude, c'est notre impatience qui gâte tout, et presque tous les hommes meurent de leurs remèdes, et non pas de leurs maladies.
Molière, le Malade imaginaire, III, 3.
5 Il y a de même des maladies caractérisées, comme l'hydropisie, la phtisie, l'apoplexie, etc.; et d'autres qui ne peuvent être désignées que par les noms généraux de malaises, d'incommodités, de douleurs, de fièvres innommées, etc.
J. de Maistre, les Soirées de Saint-Pétersbourg, 1er Entretien.
5.1 Quant au médecin Custos, c'était un honorable praticien, qui, à l'exemple de ses confrères, guérissait les malades de toutes les maladies, excepté de celle dont ils mouraient. Fâcheuse habitude prise, malheureusement, par tous les membres de toutes les Facultés en quelque pays qu'ils exercent.
J. Verne, le Docteur Ox, p. 31.
6 Pascal disait que la maladie est insupportable pour celui qui se porte bien, justement parce qu'il se porte bien. Une maladie grave nous accable sans doute pour que nous n'en sentions plus enfin que l'action présente.
Alain, Propos, 12 déc. 1910, Maux d'esprit.
(1908). Spécialt. || Maladie professionnelle : « état pathologique d'un salarié résultant de l'exercice d'une profession déterminée (ex. : la silicose des mineurs) sans être la suite d'un accident » (Capitant). || Responsabilité de la Sécurité sociale en matière de maladies professionnelles. || Déclaration médicale obligatoire des maladies professionnelles. || Principales maladies professionnelles. Ankylostomiase, bérylliose, hydrargyrisme, phosphorisme, pneumoconiose, saturnisme, sidérose, silicose.
Absolt. || La maladie : la maladie qui sévit, l'épidémie. || Extension (cit. 5) de la maladie. || Évacuation (cit. 4) immédiate, mise en quarantaine des personnes présentant des signes de la maladie.
7 (…) leur affolement et (…) leurs pâleurs au moindre mal de tête depuis qu'ils savent que la maladie commence par des céphalées (…)
Camus, la Peste, p. 215.
Par euphém. || Maladie honteuse, vilaine maladie : maladie vénérienne.
8 J'ai vu passer au spéculum toutes les filles, avec leurs maladies.
Ch.-L. Philippe, Bubu de Montparnasse, I, V.
Les maladies et la médecine. || Étude et science des maladies. Nosographie, nosologie, pathologie. || Diagnostic et pronostic d'une maladie. || Traitement curatif, préventif des maladies. Thérapeutique; -thérapie. || Médecin qui étudie, traite une maladie ( Cas, cit. 14). || Étude des causes des maladies. Étiologie. || Hôpital (cit. 3 et 4) où l'on soigne diverses maladies.Prophylaxie des maladies contagieuses ( Quarantaine, vaccination). || Inoculer une maladie. Vacciner. || Immuniser contre une maladie. || Interruption provoquée d'une maladie. Abortion.Prise en charge des frais de maladie par la Sécurité sociale. || Arrêt de travail pour maladie.Fam. || Se faire mettre en arrêt de maladie.Longue maladie : régime spécial accordé aux malades nécessitant des traitements, une interruption de travail de longue durée.Certificat de maladie (→ Ignorer, cit. 36). || Faire remplir et signer une feuille de maladie par le médecin.
tableau Principales maladies et affections.
aussi les suff. -algie, -émie, -ite, -manie, -pathie, -phobie, -urèse, -urésie, -urie.
N. B. De nombreuses maladies ou formes de maladies portent le nom du médecin qui les a étudiées. Ex. : la maladie de Parkinson ou paralysie agitante, la maladie d'Addison (→ Addisonien). → aussi Mal (de Bright, de Pott…). D'autre part, on se reportera utilement aux articles traitant des différents organes (cœur, foie,…) qui peuvent être le siège d'affections particulières.
La maladie : l'état des organismes malades; l'ensemble des troubles pathologiques. || « La maladie c'est ce qui gêne les hommes dans l'exercice normal de leur vie, et surtout ce qui les fait souffrir » (Leriche). || Être miné, rongé par la maladie. || Assurance-maladie.
Loc. fam. (1867). En faire une maladie : être très contrarié de quelque chose. (Souvent en tournure négative). || Il n'y a pas de quoi en faire une maladie.
2 (Chez l'animal). || Maladie des animaux ( Vétérinaire).(1836). || La maladie : affection contagieuse virale qui frappe les jeunes chats et les jeunes chiens. || Vacciner un cocker contre la maladie. || Chiot qui fait sa maladie.
9 — C'est une chienne (…) Treize mois, la maladie faite, les oreilles coupées, propre à l'appartement (…)
Colette, la Paix chez les bêtes, Petite chienne à vendre.
10 Le sucre est l'ennemi des chiens. J'ai entendu dire que ça leur donnait des maladies de peau épouvantables (…)
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. III, VII, p. 117.
La flacherie, la pébrine, maladies les plus graves du ver à soie.
REM. Certaines maladies sont communes à l'homme et aux animaux (ex. : le charbon, la rage…). D'autres, spéciales aux animaux, sont mentionnées à l'article traitant des genres, familles ou espèces auxquels ils appartiennent (ex. : le farcin du cheval, le tournis du mouton…).
3 (Chez les végétaux). || Maladies des plantes, des arbres, des graminées, des céréales, du blé, de la pomme de terre, de la vigne… || Maladie des feuilles… || Maladie végétale à caractère épidémique. Épiphytie.REM. Les maladies spéciales aux végétaux sont mentionnées à l'article traitant des genres, familles ou espèces auxquels ils appartiennent.
4 (1867). Par ext. Altération biochimique. || Maladie du vin.Maladies de la pierre.
———
II (XIIIe). Fig.
1 (V. 1240). Ce qui apporte le trouble (dans les facultés morales, dans le comportement). || Les maladies de l'esprit. || Maladies spirituelles (→ Bistouri, cit. 3). || L'ennui (cit. 15 et 24), la jalousie (cit. 7 et 19), maladies de l'âme. || L'amour est une maladie (→ Dérèglement, cit. 3, Lesage).La maladie incurable (cit. 7) de l'ambition. Vice. || L'orgueil, maladie française (→ Idée, cit. 18, Chateaubriand). || « C'est une maladie naturelle à l'homme de croire qu'il possède la vérité… » (→ Incompréhensible, cit. 5, Pascal).La maladie du pays ( Nostalgie), du siècle. Mal.
11 La présomption est notre maladie naturelle et originelle.
Montaigne, Essais, II, XII.
12 Toute la maladie du siècle présent vient de deux causes; le peuple qui a passé par 93 et par 1814 porte au cœur deux blessures. Tout ce qui était n'est plus; tout ce qui sera n'est pas encore. Ne cherchez pas ailleurs le secret de nos maux.
A. de Musset, la Confession d'un enfant du siècle, I, II.
13 (…) un homme ne naît pas jaloux, il apporte seulement un état de réceptivité qui le rend apte à contracter cette maladie (…)
A. Maurois, Climats, I, VIII.
2 (1673). Habitude, comportement anormal, excessif. Manie. || Avoir la maladie du scrupule (→ Honnête, cit. 9), de la nouveauté (→ aussi Individu, cit. 25).Par exagér. (fam.). || Elle a la maladie de se mêler des affaires d'autrui.Tu fais toujours répéter, c'est une vraie maladie. || La maladie de faire des livres (cit. 15). Passion.
14 (…) est-il possible qu'il n'y ait pas moyen de vous guérir de la maladie des médecins (…) ?
Molière, le Malade imaginaire, III, 4.
15 Elles avaient la maladie de la musique; elles en rêvaient, elles en perdaient le boire et le manger; elles n'aimaient rien autre chose au monde.
Th. Gautier, Fortunio…, « Nid de rossignols ».
3 (1530). Par anal. Ce qui entrave la prospérité, le fonctionnement (d'une entreprise, d'une institution…). || La maladie de l'inflation (cit. 1). Par métaphore :
16 C'est mystérieux. D'ordre social probablement. Une maladie de croissance de la démocratie.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. IV, XXII, p. 238.
CONTR. Santé.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • maladie — Maladie, Morbus, AEgritudo, AEgrotatio, Inualetudo. Maladie qui court sur les hommes ou sur le bestail, Lues luis. Maladie contagieuse, Contagium, Contagio. Continuelle maladie, Morbus sonticus, B. Longue maladie, Pertinax morbus. Maladie… …   Thresor de la langue françoyse

  • maladie — Maladie. s. f. Dereglement, indisposition, alteration dans la santé. Maladie legere. grande maladie. fascheuse maladie. longue maladie. maladie incurable, mortelle. maladie compliquée. maladie populaire. maladie contagieuse, epidemique. maladie… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • maladie — MALADÍE, maladii, s.f. (livr.) Boală. ♢ Maladie mitrală = boală de inimă care afectează valvula dintre atriu şi ventriculul stâng. Maladie albastră = cianoză. – Din fr. maladie. Trimis de claudia, 13.09.2007. Sursa: DEX 98  MALADÍE s. 1. v.… …   Dicționar Român

  • MALADIE — MALADIE, MÉDECINE.     Je suppose qu une belle princesse, qui n aura jamais entendu parler d anatomie, soit malade pour avoir trop mangé, trop dansé, trop veillé, trop fait tout ce que font plusieurs princesses; je suppose que son médecin lui… …   Dictionnaire philosophique de Voltaire

  • Maladie — The Sick Girl (en français : La Fille Malade) de Michael Ancher La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d un organisme vivant, animal ou végétal. On parle aussi bien de la maladie, se référant à l ensemble des altérations… …   Wikipédia en Français

  • maladie — (ma la die) s. f. 1°   Altération dans la santé. •   Ils [deux médecins] triomphaient encor sur cette maladie : L un disait : il est mort, je l avais bien prévu ; S il m eût cru, disait l autre, il serait plein de vie, LA FONT. Fabl. V, 12. •   J …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • MALADIE — s. f. Altération dans la santé. Maladie légère. Grande, fâcheuse, longue maladie. Maladie grave, dangereuse, incurable, mortelle, compliquée, contagieuse, épidémique, endémique, chronique, aiguë, interne, externe, héréditaire. Maladie cutanée.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MALADIE — n. f. Altération plus ou moins profonde dans la santé. Maladie légère. Grande, longue maladie. Maladie grave, dangereuse, incurable, mortelle, contagieuse, épidémique, endémique, chronique, aiguë, interne, héréditaire. La maladie du sommeil. La… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • maladie — nf. : MÂ nm. (Albanais.001, Annecy.003, Leschaux.006, Montagny Bozel.026, Thônes.004) ; MALADI nf. (001,026, Aix, Cohennoz, Megève, Marthod, St Jean Arvey.224, Saxel.002), maladyà (003,004). E. : Épidémie, Levé, Malade, Neurasthénie. A1) maladie… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • maladie — n.f. Maladie grave de la faune ou de la flore : Les arbres ont la maladie. / Maladie de neuf mois, grossesse. / En faire une maladie, exagérer sa contrariété. / Avoir la maladie de, la manie : La maladie de la propreté …   Dictionnaire du Français argotique et populaire


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.